OM : le retour du pressing ?

En suivant quotidiennement les blogs d’analyses tactiques footballistiques ainsi que les conversations de quelques twittos branchés tactique et foot, il est courant de tomber sur des éléments de calculs extrêmement intéressants et pas forcement complexes. Récemment, ma curiosité s’est arrêtée sur deux méthodes de mesure du pressing.  La première consiste à calculer le pourcentage de passes réussies par l’adversaire dans son tiers défensif. Cette méthode est utilisée, entre autre, par Julien Assuncao qui tient le très bon blog Côté Stats. La seconde, et c’est celle qui a attiré mon attention, consiste à diviser le nombre de passes réussies par l’adversaire par le nombre d’actions défensives. C’est sur l’excellent blog Les Chroniques Tactiques de Florent Toniutti que j’ai découvert ce calcul, voici l’extrait qui l’explique (blague incluse) :

Mesurer le pressing (PPDA Metrics) : 

Visible à l’œil nu, un pressing est très difficile à « chiffrer ». Le site Stats Bomb a néanmoins avancé un calcul plutôt intéressant afin de quantifier l’activité défensive d’une équipe : le PPDA (rien à voir avec le journaliste), ou Passes Allowed Per Defensive Action. A traduire littéralement par : le nombre de passes concédées par action défensive.

Si le terme peut inquiéter, le calcul est simple. Il s’agit de prendre certaines actions défensives qu’une équipe réalise sur le terrain (tacles réussis et manqués, interceptions, fautes), de les additionner et de diviser le nombre de passes réalisées par l’adversaire sur le match par le résultat de cette somme.

Pour reprendre Stats Bomb :
PPDA = Number of Passes made by Attacking Team / Number of Defensive Actions

S’il peut avoir de l’intérêt sur tout le terrain, ce chiffre prend vraiment du sens lorsque l’on cherche à savoir si une équipe presse haut son adversaire (ou pas). Dans ce cas, il suffit de prendre en compte uniquement les actions défensives réalisées à partir d’une certaine hauteur du terrain. […]

S’il n’est pas lié au résultat final, plus le PPDA(40m+) est faible et plus l’équipe est allé chercher haut son adversaire.

(extrait de l’article Chili 3-3 Mexique : la Roja a dû s’employer du 16 juin 2015, Les Chroniques Tactiques, Florent Toniutti)

Tout ceci est fort intéressant, tu en conviendras. C’est pourquoi, depuis le début de la saison, je m’amuse à tenir à jour quelques tableaux regroupant les chiffres glanés sur whoscored nécessaires au calcul du pressing exercé par l’OM. Depuis trois matches, ces tableaux ont montré une évolution importante. Cette évolution est également visible pour tout supporter de l’OM ayant suivi tous les matches de l’OM depuis le début de saison. Bon, les tableaux c’est bien, mais les graphiques c’est quand même cool aussi, non ?

passes concédées

La ligne orange représente la moyenne des passes concédées lors des 13 premiers matches (370). La ligne violette, celle des 3 derniers matches (392) pour autant de victoires.

Le graphique interactif du nombre de passes concédées sur Infogr.am.

evo poss tx de passes

Michel est un adepte de la possession de balle, pourtant l’OM semble plus à l’aise lorsque la possession est mieux partagée.
De la même manière, un déchet technique plus important dans les transmissions n’a pas l’air d’être un frein pour l’équipe olympienne.
Les lignes rouges représentent la possession moyenne (56,7%) et le taux de passes réussies (85,2%) des 13 premiers matches. Des moyennes plus élevées que celles des 3 derniers matches (50% et 77,3%).

Le graphique interactif de la possession et du taux de passes réussies sur Infogr.am.

evo actions def

Sûrement le graphique le plus visuellement parlant. Michel a décidé de rassurer son équipe en retrouvant une base défensive solide. Cela s’illustre avec une explosion du nombre d’actions défensives (addition de tous les tacles, des interceptions réussies et des fautes commises) qui ont explosé lors des 3 derniers matches (en moyenne 76 par match -contre 55 par match lors des 13 premiers matches).
Défendre, c’est bien. Défendre haut, c’est mieux. C’est ce que l’OM fait puisque la moyenne des actions défensives au-delà de 40m est passée de 23 (13 premiers matches) à 35 (3 derniers matches).

Le graphique interactif des actions défensives sur Infogr.am.

PPDA

On en arrive au pressing calculé par le PPDA. J’ai ajouté les actions défensives en rouge afin d’observer l’interaction entre les deux. Normalement, plus il y a d’actions défensives moins le PPDA est élevé mais cela dépend également du nombre de passes concédées.
Plus le PPDA est faible, plus l’équipe presse haut. Par exemple, lors du dernier match contre Braga, l’OM a effectué 46 actions défensives au-delà des 40m (record de la saison) et a concédé 397 passes. Cela donne un PPDA de 8,6 qui se lit ainsi : toutes les 8,6 passes de Braga, un joueur de l’OM tentait un tacle, réussissait une interception ou concédait une faute au-delà de ses 40m. C’est le 2e pressing le plus haut de l’OM cette saison. Le premier a eu lieu lors de la défaite contre Liberec (227 passes concédées, 29 actions défensives +40m, PPDA de 7,8).
Les lignes rouges permettent de visualiser la moyenne des actions défensives (23) et du PPDA (16,8) lors des 13 premiers matches. Les violettes, celles des 3 derniers (35,3 et 11,6).

Le graphique interactif de quantification du pressing sur Infogr.am.

En conclusion, il semble assez évident que depuis 3 matches l’OM a intensifié son pressing, notamment au-delà des 40m. On peut y voir l’influence d’un Cabella hargneux (26 actions défensives lors des 3 derniers matches) et d’un Nkoudou généreux (14 actions défensives) et récompensé de ses efforts par 2 buts, justement suite à une récupération haute. Il est encore un peu tôt pour dire si cette stratégie va durer tout le reste de la saison puisque Michel a montré un certain pragmatisme accompagné de nombreux tâtonnements. Mais l’entraineur espagnol serait bien mal avisé de changer une formule qui offre des victoires et quelques garanties. Si l’OM de Bielsa était façonné selon un football romantique enthousiasmant, l’OM de Michel se dirige vers un football pragmatique, décevant et laborieux pour l’instant. Même si la victoire contre Braga a montré quelques améliorations et que le goût des 3 points en contentera beaucoup. Cela ne me contente pas mais c’est déjà ça de pris.

tableau complet

Puisque tu insistes voilà le tableau. C’est moins beau hein.

pressing OM

Et les moyennes.

Advertisements

Une réflexion sur “OM : le retour du pressing ?

Une petite envie de réagir ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s